Archi bien

Publié le 20 Août 2010

 

twins-jonathan-kevin-chests.jpg

 

 

 

 

Dans le quartier d’Auteuil (Paris 16e), un lotissement d’hôtels particuliers pensé dans les années 20, par l’architecte-décorateur Mallet-Stevens. Au n° 10 de la rue portant son nom l’hôtel Martel est la seule des six constructions ayant conservé intégralement sa structure initiale (5 hôtels et la loge du gardien).

 

Exceptionnellement, et ce encore jusqu’au 29 août 2010, l’hôtel des sculpteurs Martel qui est une propriété privée, s’ouvre aux visiteurs de 10 heures à 16 heures (Métro Jasmin).

 

« Architecture Art déco ? » Ai-je demandé à Goran qui nous appelait pour nous donner le tuyau, « Non, en style des années 20, c’est différent. »

L'article de Wikipedia  signale Mallet-Stevens comme « l’un des principaux représentants du Mouvement moderne » ; ça tombe bien, comme un pléonasme, « quelle modernité ! » est le premier mot qui m’est venu.

 

 

HotelMartelMALLET-STEVENSMarcVaux1927.jpg

 

 

La visite plaira à ceux que l’architecture et les arts décoratifs intéressent, c’est un véritable bijou, dans lequel il doit faire bon vivre.

J’ai retrouvé l’étonnement ravi que j’avais partagé avec Gabriel lors d’une journée du patrimoine à la Cité radieuse de Briey en forêt, face à toutes ces « astuces » dont sont capables les architectes.

 

C’est une expérience plutôt exclusive : j’ai visité l’atelier avec deux architectes espagnols, le reste du bâtiment visitable, avec un vieux couple de chinois ou de japonais (physique de japonais, langue qui sonne plutôt chinoise), une jeune asiatique et un autre couple français d’un certain âge.

Deux jeunes gens sont là pour vous faire visiter, leur gentillesse et les informations fournies valent qu’on leur glisse le billet dans la coupelle réservée à cet usage.

 

 

rueMallet-StevensMarcVaux1927.jpg

 

10-8hotelmartelmalletstevens16e-003.jpg

 

 

Le père Martel, un industriel nantais a financé l’acquisition en se réservant le dernier étage, tandis que ses deux fils occupaient le reste de l’hôtel.

Joël et Jan Martel sont deux vrais jumeaux qui ne se seraient jamais quittés. Ils travaillaient ensemble et signaient « Martel », empêchant toute individualisation de leur travail, lequel a surtout consisté à sculpter pour les monuments aux morts de la guerre de 14-18.

L’un des deux mourut en 1966 dans un accident de voiture après avoir eu la moelle épinière atteinte, l’autre le suivit six mois après d’une maladie de... la moelle épinière. Leurs deux chambres communiquaient....

Leur sentiment fraternel est-il allé jusqu’à une relation charnelle ? Ne pus-je m’empêcher de me demander.[1]

 

http://www.malletstevens.com/oeuvre.htm

 

[1] Ce site nous apprend qu’ils se seraient mariés, l’un n’aurait pas eu d’enfant, l’autre, deux filles.

 

 

jamaissanstoi.jpg

Jamais sans toi d'Aluisio Abranches

 

 

Rédigé par Thomas Querqy

Publié dans #expos, #Paris, #avec un grand A

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article