Et surtout, plein de belles choses

Publié le 1 Janvier 2013

 

jeanmoralbubi3.jpg

 

Bubi par Jean Moral (1929)

Collection Christian Bouqueret au Centre Pompidou

 

 

danslamaisonFOzonErnstUmhauer2.jpg

 

Dans la maison de François Ozon

 

 

 

Variações pindéricas sobre a insensatez by Joana Sá

musique du film Tabou

 

 

Pourquoi les gays parlent-ils d’une manière si particulière ?

 

[...] Les animaux peuvent même avoir un accent que l’ont pourrait qualifier de « social ». Le primatologue Alban Lemasson a montré que chez une espèce de singe africain appelé « mone de Campbell », plus deux femelles s’apprécient et passent de temps ensemble, plus leurs cris finissent par se ressembler. C’est la « convergence vocale ». Exactement comme des potes ou des collègues de travail qui finissent par avoir les mêmes tics de langage.

Tout ça pour dire que le fait d’imiter inconsciemment ses proches est un phénomène universel. S’il existe chez les bébés et les animaux, pas étonnant de le retrouver chez les Marseillais, les Parisiens, les bourgeois, les prolos, les « jeunes de banlieue »... Et donc, aussi, chez les homosexuels. En plus des accents « géographiques » et « sociaux », on peut dire que certains gays ont inventé l’accent sexuel. On peut le voir comme une marque identitaire. Et aussi comme un enrichissement supplémentaire de la diversité du langage humain.

 

Questions idiotes et pertinentes sur le genre humain - Antonio Fischetti chez Albin Michel

 

 

kram Zaatari Najm (left) and Asmar (right). Studio Shehraza

 

Akram Zaatari Najm (left) and Asmar (right). Studio Shehrazade, Saida, Lebanon, 1950s.

Hashem el Madani 2007

 

 

Est-ce en raison d’une certaine résurgence du religieux dans le débat public, de tout et n’importe quoi qui circule sur Internet, du manque évident de culture chez la plupart des jeunes que je fréquente, ou simplement d’un nouveau champ d’exploration ? Depuis peu, je me découvre inhabituellement toqué de sciences. Pas seulement de sciences humaines qui m’ont toujours nourri, mais aussi de sciences « dures ».

Les Lumières sont mon modèle. ....... Et je rame, quand je ne m’humilie pas purement et simplement en tentant de faire partager mes éblouissements. Comme l’autre soir à table, en famille, lorsque j’ai voulu orienter la conversation sur l’astronomie, « ces photographies de la planète Mars, quel prodige ! »...

Lamentable ! Je commençai par une erreur grossière vite confirmée par une consultation sur Internet, les uns après les autres les mots me faisaient défaut...

À ma rescousse, toujours pertinent, un air étonné par ce cafouillage inhabituel, mon neveu Antoine, du genre certes à inventer des théorèmes de mathématiques dès qu’il a une minute, mais avec pas même 16 ans au compteur.

Encore heureux que je n’ai pas dit mon admiration pour les Lumières ! C’était le chambrage assuré.

 

 

Coucher-de-Soleil-sur-Mars.jpg

 

Coucher de soleil sur Mars (19/5/2005 Rover Spirit)

 

 

Des Lumières, il est question dans le film danois, Royal affair qui retrace comment un médecin a peu à peu pris la place d’un roi atteint de troubles mentaux pour engager une série de réformes inspirées par ses lectures éclairées des textes de Rousseau. Parenthèse : Même si l’affaire tourne mal pour les intéressés, il est permis de se demander si aujourd’hui notre pays n’aurait pas davantage besoin d’un président un peu « fou » (et bien conseillé) plutôt que d’un président « normal » (comme les autres ?) ? Fin de la parenthèse.

 

Le magazine scientifique de France Inter La tête au carré a accueilli Pierre Lemarquis, neurologue et « musicophile », auteur de Portrait du cerveau en artiste. Au menu de l’émission le sujet de son bouquin :

 

Oui, les proportions harmonieuses d’un tableau ou d‘une sculpture induisent un sentiment de bien-être. Oui, les couleurs agissent sur nos émotions, notre créativité, notre concentration, voire notre force physique. Oui, la musique a le pouvoir de soulager la douleur et de stimuler la mémoire.

 

Les philosophes ont les premiers pressenti l’impact du beau et des créations artistiques sur le cours de notre existence, sur notre humeur, notre état d’esprit et notre santé. Leurs thèses sont désormais confirmées par les neurosciences, qui nous révèlent comment notre cerveau et, par là, notre corps entrent en résonance avec la beauté.

Et si l’art pouvait vraiment aider chacun de nous à vivre mieux et plus longtemps ?

 

 

Portrait-de-lartiste-avec-un-ami-Raphael.jpg

 

Autoportrait avec un ami

 

Raphaël à Rome : les années de maturité au Louvre

 

 

Dans son livre, Pierre Lemarquis livre également les résultats d’une enquête commandée par Beaux Arts magazine pour son 300e numéro, dont celui-ci pour le moins étonnant : A la question « quel était votre dernier contact avec la beauté ? » 43 % des hommes de moins de 50 ans ont répondu un moment d’intimité avec leur partenaire, tandis que seulement 26 % des femmes de moins de cinquante ans ont placé ce moment en premier, et près de la moitié préféraient aller marcher dans la nature.

Au-delà de 50 ans, hommes et femmes se rejoignaient en préférant les beautés de la nature à celles de la chair.

 

 

horslesmursdavidlambert2.jpg

 

 Hors les murs par David Lambert

 

 

Cette statistique, qui donne de l’eau au moulin des différentialistes, me laisse penser que la reproduction de l’espèce humaine par l’attraction mutuelle d’un mâle et d’une femelle paraît parfois relever de l’exploit. Pour ce qui me concerne, et si on me posait la question, un beau paysage ou une marche dans la nature ne sont pas encore les images qui me viennent spontanément à l’esprit.

 

 

joel-peterwitkin-von-gloeden-in-asienNYC1984

Von Gloeden in Asien (NYC 1984)  par Joel-Peter Witkin

 

 

Pour finir, à propos de reproduction, les députés PS ont voté en faveur du dépôt d’un amendement sur la procréation médicalement assistée, trois jours après la belle manifestation du 16 décembre en faveur du « mariage pour tous » et ses savoureux slogans, notamment le "vous nous faites des homos, nous vous ferons aussi des hétéros" ou en forme de contrepètrie, le très lesbien « mieux vaut une paire de mères qu’un père de merde ».

 

 

Ecouter l’émission Portrait du cerveau en artiste

 

NGT / Affaire de goût

 

NGT / Beauté divine

 

NGT / En avoir ou pas

 

 

tumblr_mc276iiUQO1rbfwuro1_1280.jpg

 

 

Rédigé par Thomas Querqy

Publié dans #culture gay, #technoscience, #ciné-séries, #vivre, #XX, #mâlitude,, #politique

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article