Un tour au paradis

Publié le 16 Janvier 2010


HGBergerviamagenta.jpg
 

Hans Georg Berger - Via Magenta
 

 


J'ai vécu des moments étranges
J'ai rencontré Dieu dans un solarium

Il était là, il mangeait une pomme
Je lui demande " où est-ce que tu vis ? "

Il m'a répondu " T'as pas lu mon bouquin, p'tit con ? Au PARADIS !

Worker Poor - Paradis


C’est le marasme dans le « Grand » duché du Luxembourg. Viré de sa banque américaine depuis six mois, Raf[1] n’a toujours pas retrouvé un taf. Aucun marché ici hormis quelques rares offres concernant des postes de « top management ». Cette situation est vraiment une première : dans ce confetti cerné par la France, la Belgique et l’Allemagne, être chômeur était jusqu’à ce jour un choix, dixit Raphaël. Mais n’est-ce pas ce que chacun pense (à tort) tant qu’il a du travail ?


Heureusement, Irina a toujours le sien. ça marcherait d’ailleurs plutôt bien dans son secteur, malgré l’incompétence de sa hiérarchie.
Elle bosse dans une de ces boites qui pullulent dans tous les
paradis fiscaux : une trust company, une société qui gère des fortunes attirées par l’« optimisation fiscale » et l’anonymat garanti par le recours à des prête-noms.

Le fait que l’un des six membres précurseurs de l'Union Européenne, le Luxembourg, fut un paradis fiscal[2], et que ces mêmes pays européens eussent maintenus en leur sein ces zones de non droit de la finance offshore, m’a toujours fait douter de la capacité du projet européen à améliorer la vie de leurs populations[3].

 

[3] L’Europe ne m’enthousiasme désormais plus que sur un point : les possibilités de recours juridique qu’elle offre aux citoyens contre l’arbitraire et la violence des Etats, en particulier sur la question des discriminations fondée sur « l'âge, l'orientation sexuelle, le handicap, l'appartenance à un groupe racial ou ethnique, la religion ou les croyances ». Saisir les instances européennes n’est certes pas à la portée de tout le monde et il vaut mieux ne faut pas être trop pressé, mais bon, c’est toujours mieux que rien.


 

skinsnicolashoult.jpg
 

Nicholas Hoult pour la série Skins



Pour ceux qui ne verraient pas le problème, l'argent qui passe par les paradis fiscaux proviendrait pour 5% de la corruption, pour 30% du blanchiment d’argent sale, et pour le reste de l'évasion et la fraude fiscale [1].
Autrement dit, les paradis fiscaux ne doivent leur opulence qu’aux crimes et délits du monde entier, à la dégradation des finances publiques et aux injustices qui en résultent (du fait de leur existence, il est devenu quasi impossible d’imposer grandes entreprises et riches particuliers).

 

Mais tout est une question de point de vue : puis-je décemment souhaiter qu’Irina perde à son tour son travail ? De même, lorsque nos amis se sont inquiétés de l’impact à-venir sur l’activité luxembourgeoise de la cessation de paiement de Dubaï, je n’ai pas osé trop dire ma joie de voir enfin stoppée l’obscène spéculation immobilière qui régnait jusqu’alors dans cet Etat mouchoir de poche[1] le couvrant de centres commerciaux et d’hôtels mégalomaniaques pour riches ; sans parler de l’envers du décor ...

 

[1] Dubaï, dépourvu de pétrole, doit son décollage à la création d’une zone franche, ce qui l’apparente dans une certaine mesure à un paradis fiscal.



dubai-downtown-burj-dubai1
 


D’ailleurs, il n’y a pas que Dubaï qui a été saisi d’une fièvre bâtisseuse. Le plateau du Kirchberg où siègent notamment les institutions européennes, est méconnaissable, même si cela reste dans une mesure très provinciale, celle du Luxembourg.

Comme, il faisait ce week-end-là un vrai temps de décembre - ciel très bas, plombé, averses glaciales intermittentes -, bref un vrai temps de musée, j’ai obtenu sans difficulté qu’on aille au MUDAM jamais visité depuis son ouverture en 2006.

 

Qui a vu l’extraordinaire musée Miho[1] que Ieoh Ming Pei a réalisé aux environs de Kyoto (La Pyramide du Louvre à Paris, c’est lui également), reconnaît tout de suite la patte de cet architecte. De nouveau, l’ensemble est très réussi. On ne peut pas en dire autant du contenu.

 

Untitled (Chapelle et Vitraux) par Wim Delvoye


Parbleu, comment intéresser un public à l’art contemporain avec de tels choix d’expositions (cela semble être un des objectifs du musée puisque le site Internet comporte une rubrique « Mudam éducation ») ? Cheap au possible.


Merde à l’Arte Povera, merde à  l'art conceptuel ou merde encore à cette série de portraits d’artistes contemporains de Charles Fréger aussi ennuyeuse que la lecture d’un annuaire téléphonique.

L’anaphore scatologique me fait tout de même penser que j’ai cessé de bailler dans une chapelle « gothique » en métal, ornée de vitraux morbides, réalisée par Wim Delvoye, le créateur de machines à caca, des cloaca.




miguelvillalobos

 

shenweiyemiNY2007
 

Yemi NYC2007 par Shen Wei




Pas très « gay » mon paradis fiscal, je sais. Quelques splendeurs jamais croisées pour me faire pardonner.
Mais où vivent donc ces mecs ? Au Paradis ?

 


 
enquete-au-paradis-la-bande-annonce-du-dernier-petillon-01.jpg

 

La domination du monde de Denis Robert


Video Arte Zoom Europa : l'Europe et les homosexuels

 

 

Rédigé par Thomas Querqy

Publié dans #les amis, #économie, #politique, #expos

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
<br /> diable! c'est ainsi que la boucle se boucle dans l'envoutement psychédélique du bien nommé Worker poor(dont ici-dans la maison- on ne peut déjà plus se passer),l'époque "qui n'a pas de valeurs<br /> morales" s'est rabattue, pour quelques élus, sur celles de la finance, et ne crédite plus d'autre paradis que fiscal.curieux paradis de pacotille dont les voies bien terrestres  seraient<br /> toutes pavées de mauvaises intentions et mèneraient tout droit en enfer. aujourd'hui la finance semble pouvoir s'emparer d'un état, tout fait d'histoire, de géographie et d'êtres humains comme d'un<br /> simple paquet d'actions, inversion du sacré. comme les sataniques renversent les crucifix, ici encore la mauvaise action conduit droit au péché qui entrouvre les portes d'un nouvel enfer. l'Europe<br /> mondialisée dans le miroir du reste du monde,s'est surtout fait de la mauvaise graisse économique, aux dépens d'idéaux politiques et humains. les peuples sacrifiés sur le dos de la crise, devenus<br /> travailleurs pauvres là où il y a encore du travail, ne se laisseront plus séduire par cette Europe des marchands et des banquiers.<br /> ta conclusion est la bonne, la beauté apaise et le désir régénère.<br /> salut Thomas, toujours ravi de te lire.<br /> <br /> <br />
Répondre
T
<br /> <br /> L’hiver a ses bons côtés. Jean-Luc a repris le clavier.<br /> <br /> <br /> Dans un flow si caractéristique, tu fais, sans<br /> majuscules, « littérature » de tes indignations et éblouissements, de sujets tout sauf minuscules.<br /> <br /> <br /> L’hiver a ses bons côtés. Jean-Luc m’a laissé un gentil billet.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br />