Publié le 1 Juin 2011

 

brentcorrigan.jpg

 

Brent Corrigan

 

 

Tous cannibales

 

Dans les contes pour enfants, l’ogre est le pendant « humain » du loup : il dévore la chair fraîche, il mange les petits enfants...

D’ailleurs, qui n’a jamais joué à « faire peur » à un enfant en lui disant « je vais te manger », joignant l’esquisse à la menace ? Qui n’a jamais dit de quelqu’un agréable à voir qu’il était « mignon à croquer » ?...

 

Partant du constat de la large place accordée par les artistes contemporains de ces dix dernières années « à la représentation de la chair, et aux thèmes d’absorption, d’assimilation et de dévoration. » La Maison Rouge a monté l’exposition « Tous cannibales », présentant une sélection de leurs œuvres, qu’elle met en perspective avec des œuvres anciennes et des documents historiques d’époques et de régions diverses.

 

A l’entrée, avisant Valentin et son copain (14 ans), la caissière a jugé utile de nous avertir que cette exposition était susceptible de les choquer. « Le gore, ils adorent. » lui ai-je répondu.

Comme nous l’avions supposé, l’expo les a plutôt plus intéressés que n’importe quelle autre.

 

Ceci dit, Paris c’est fini. Jusqu’au 21 août, Alles Kannibalen est visible à Berlin.

 

=> Vidéo et « petit livre rouge » bien documenté en pdf sur sur le site de la Maison Rouge

 

 

Ralf-Ziervogel.png

 

http://www.ralfziervogel.com/

 

Ralf Ziervogel sur Arte TV

 

 

gillesbarbierAaaah--det1.jpg

 

Gilles Barbier - sans titre (Aaaah) 2004 - Détail

 

L’aigle de la 9e légion : un film couillu

 

Une réussite. A vous réconcilier avec le péplum. Deux héros de rêve avec un faible pour Jamie Bell qui a magnifiquement « vieilli » depuis l’émouvant Billy Elliot de sa prime jeunesse.

Un film d’hommes. Crypto-gay se risquent à dire certains.

 

P.S. On pardonnera la fin du film aussi invraisemblable qu’inutile.

 

 

l-aigledela9elegion.jpg

 

jamiebelll-autrerive.jpg

 

 

A propos du twink

 

Le twink aime à butiner et, généralement, plaît à toutes les familles, du daddy bear à la gym-queen en passant par l’opéra-queen, qui tous raffolent de ces physiques de jeune premier.

On n’efface pas comme cela des siècles de tyrannie twink. D’ailleurs, il est la « nourriture » préférée des daddys de toutes les familles. Délire jeuniste ? Crise d’âgisme ? Sortir avec un twink, c’est un peu retrouver une seconde jeunesse, lutter contre le cycle inéluctable du vieillissement.

D’un autre côté, il faut aussi contenter son jeune appétit, supporter ses inconséquences... et aussi ses amis prépubères, ses goûts musicaux obscurs et ses engagements douteux (euh, tu trouves pas que la polémique autour du dernier Lady Gaga est un peu too much ? »).

Bref , avant de céder, une analyse « forces-faiblesses-opportunités-dangers » ne sera pas de trop.

 

Le jeu des 7 familles : les twinks par Florent Oumehdi pour Têtu

 

 

tumblrblondkiss.jpg

 
Jeune actif

Pensées érotomanes en italique

 

Le jeune homme, twink en diable,

yeux verts pétillants, visage glabre,

me parle de poêles à bois.

 

Pour un bon fonctionnement, penser à ramoner le conduit.

 

Mains imberbes, élégantes.

 

De « politique de pénétration »,

il est maintenant question.

 

Se concentrer sur le propos.

 

«La série Dexter sponsorise la marque ».

Je sursaute : « Un tueur en série ?

Quelle drôle d’idée ? »

 

Dans une autre série, où l'on incinère pas mal,

l’acteur jouait un gay croque-mort...

 

Putain le sourire !

Regarder ailleurs.

 

Dans son dos, collée au mur une affiche :

"Jeunes actifs pour aller plus loin arrêtez-vous ici !"

"S.G. on est là pour vous aider."

 

Y a vraiment pas moyen de travailler ici !

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Thomas Querqy

Publié dans #expos, #intergénérationnel, #ciné-séries, #culture gay, #trépalium

Repost0