Publié le 18 Novembre 2008

Sabali Amadou et Mariam



 


Dans le raz de marée de mauvaises nouvelles que nous apportent en ce moment les médias, il y en a au moins une qui m’a amusé, c’est la sortie de placard posthume de la figure de l’extrême droite autrichienne qui fit un temps peur à l’Europe.


En fait, ça n’a été véritablement un scoop que pour le grand public : un surf rapide sur Internet m’apprend qu’en décembre 2007, déjà le séduisant homme politique avait été photographié en compagnie de « très jeunes hommes » dans une « ambiance moite et gaie » (http://tetu.com).

Mais, on a crû rêver lorsque les médias ont rapporté les uns après les autres que son second, un jeune homme de 27 ans, pour peu de temps son successeur dans son parti, avait déclaré en larmes que c’était « l’homme de sa vie ».


Et alors ? Me direz-vous, la belle affaire ! Comme un autre, Jörg Haider avait droit à une vie privée. D’ailleurs, l’homme politique n’a jamais été pris en flagrant délit d’homophobie !

Certes. Sauf, que c’est dans ce genre de formation politique qu’on trouve la plus forte proportion d’homophobes.


Après tout, peut-être que cela pèse moins qu’auparavant, son homosexualité affichée n’a pas empêché un autre homme politique populiste néerlandais de faire une belle carrière politique, ...  jusqu’à ce qu’il soit assassiné.


Pourtant, je ne parviendrai jamais à concevoir comment, lorsqu’on appartient à une minorité sexuelle, on peut faire son fond de commerce de l’ostracisme d’autres minorités, en l’occurrence les étrangers et les juifs.

 

Courrier International.com/ Jorg Haider et les hommes

Lexpress.fr/ La liaison gay de Jorg Haider

 

Précédent historique : http://www.triangles-roses.org/ La nuit des longs couteaux

 

Notesgaydethomas.over-blog.com/ L'arroseur arrosé

 Notesgaydethomas.over-blog.com/ Anatrella la la la la lère
 

 

 

Rétrospective Josef Koudelka au Musée Bénaki d'Athènes (annexe de la rue Pireos)

 

 
Comme les autres
 

-         Monsieur, si je vous envoie par email  ma présentation, vous pouvez me la corriger, disons, pour dimanche ?

-         Ah non D. ! Je ne travaille jamais le week-end, c’est un temps que je réserve à... la famille, ... aux enfants.


Un chœur :
 

-         Monsieur, vous avez des enfants ????

-         Oui ?!

-         Combien ?

-         Mais lundi matin, D., je peux vous la corriger.

 

J’ai senti la vraie surprise de ceux qui s’étaient exclamés. J’ai même cru entendre une étudiante dire : « je le savais bien ». Ils ont été encore plus adorables que d’habitude durant les deux heures restantes. Avaient-ils été rassurés ?

Je ne sais quelle mouche m’a piqué, l’envie d’être comme les autres ? Bien entendu, si la chose revenait sur le tapis, il me faudra démentir.

 

Comme les autres de Vincent Garenq

Notesgaydethomas.over-blog.com/ En avoir ou pas

 


 

Reza Afghanistan 1985
 

 


La malédiction de la petite taille


« Ne sois pas dur avec les intouchables, nous les lépreux de la société homosexuelle. Pour tout dire, je n’ai connu que trois bites plus petites que la mienne, puisque nous en sommes au chapitre de cet intrigant organe. Le premier était une curiosité médicale – un moine défroqué que j’avais rencontré au sauna et qui aimait les grecs. Le deuxième, un portoricain que j’ai sucé dans ce même parc il y a quatre ans. Et le troisième, oh, qui était-ce ? Un garçon de Pittsburgh, je crois, dit-il pensivement. Mais cela n’a pas d’importance. Un homosexuel avec une petite bite, cela n’a pas de sens, voilà tout, c’est comme un joueur de tennis qui se précipite sur le court sans sa raquette. Un chanteur d’opéra sans voix. Oh, il y a des centaines d’analogies, dit-il, s’adressant désormais à Malone car les autres, déprimés par ce triste sujet de conversation étaient tous partis à la recherche de quelqu’un qui ne serait pas affligé d’un tel défaut. [...]

 

Fatale destinée


Ce qui est incroyable avec les homosexuels, c’est que s’ils vivent comme tels (c’est-à-dire comme des femmes, comme des êtres dont l’existence consiste principalement à être attirants pour les autres), ils meurent en revanche beaucoup plus vite que les hétérosexuels. [...]

 

Le danseur de Manhattan Andrew Holleran 1978

 



William Gedney 1979 anniversaire de la révolte de Stonewall

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Thomas Querqy

Publié dans #politique, #homophobie, #vivre ensemble, #livres, #culture gay

Repost0