cine-series

Publié le 27 Août 2021

Tom Hussey "Reflections"
Tom Hussey "Reflections"

 

Franck Sinatra "It was a very good year" (1965)

Ne nous prenons pas au sérieux, il n’y aura aucun survivant.

Alphonse Allais

 

La nature est bien faite : ma vue en déclinant m’évite de suivre de trop prêt les outrages du temps. Sans lunettes, le reflet que m’offre un miroir n’est pas pleinement net. C’est mieux ainsi, un aperçu du magnifique bronzage que j’arbore après deux mois passés au soleil d’été dans pas moins de trois pays étrangers me suffit (Merci Pfizer !).

Non. Rien à faire, ça ne masque pas le bide que j’ai pris après un an de privation de cours de BB. Rentre ton ventre !

Lorsque je dois chausser mes lunettes pour extirper ces maudits poils blancs qui poussent comme du chiendent n’importe où, sauf sur mon crâne de moine (la nature, finalement pas si bien faite), c’est un autre Thomas que m’inflige le miroir : la peau de mon visage a commencé à se parcheminer. Un tout petit peu, n’exagérons rien !

Ahhh ! Fugit irreparabile tempus. Ça passe vite une vie, m’avait dit mon père, nouvellement retraité à 66 ans. Saloperie d’horloge ! Aujourd’hui, c’est mon anniversaire, d’ici un an, je rejoindrai la cohorte pas vraiment sexy des sexagénaires. Que notre copine Colette ait l’énergie d’une gamine hyperactive à 74 ans (ça ne date pas d’hier, le père de ses enfants lui disait : « surtout pas de coco pour toi, tu es tombé dedans quand tu était petite »), ou que ma mère octogénaire ait plutôt la niaque, ne suffit pas à m’ôter l’idée que pour moi, ça commence à sentir la vie médicalisée, les formalités administratives de Sécu, l’hosto, voire même le sapin. Quand on sait dans quel état se trouve de nos jours l’hôpital, ça me donne une envie furieuse d’avaler sur le champ trois margaritas.

D’ailleurs, les statistiques sont formelles, devinez quel courrier j’ai trouvé dans la boite à lettres en revenant à Paris ? Une proposition d’assurance obsèques « pour soulager mes proches » ? Non, mais ça ne saurait tarder. Langue au chat ? L’offre annuelle de détection du cancer colorectal. J’ai beau être un peu en manque de plans pour cette rentrée, même envisagé dans le cadre plus vaste d’un check-up complet, ça reste mince pour faire projet, n’est-ce pas ?

Dieu merci, nous tenons une consolation pour le temps qu’il reste  : demain sera forcément pire qu’aujourd’hui.

 

Pablo Fernandez Luis B and Sekhou Drame by Laurent Humbert pour TÊTU Magazine
Pablo Fernandez Luis B and Sekhou Drame by Laurent Humbert pour TÊTU Magazine

 

Dis donc mon petit Thomas, tu ne serais pas en train d’entrer en andropause ?

N’importe quoi ! L’andropause n’existe pas au sens d’équivalent masculin de la ménopause qui rend plus ou moins rapidement toutes les femmes stériles aux alentours de 50 ans avec son cortège de signes annonciateurs (bouffées de chaleur, fatigue, irritabilité, troubles du sommeil...).

Les hommes, qui restent potentiellement fertiles jusqu’à leur mort, perdent en moyenne 1% de leur testostérone, chaque année, depuis environ leurs 40 ans. Pour la plupart, cette baisse progressive n’entraîne aucun changement notable. Seuls 15 à 20% d’hommes seraient touchés par le syndrome de déficience en testostérone lié à l’âge, c’est-à-dire une série de symptômes handicapants dus à cette baisse hormonale, en premier lieu une baisse du désir sexuel. Seraient concernés 1 % à 5 % des hommes entre 40 et 50 ans, 5 % à 10 % entre 50 et 60 ans, plus de 20 % des 60-70 ans et plus de la moitié après 70 ans. La plupart du temps, l’origine de la baisse de la libido chez l’homme n’a rien à voir avec une quelconque insuffisance hormonale : fatigue, dépression (mais aussi anti-dépresseurs), anxiété, problèmes relationnels avec la/le partenaire...

Sans compter que le désir sexuel dans un couple monogame avec partenaire exclusif qui, sauf erreur de ma part, demeure la norme dans nos sociétés, au moins dans notre génération, est par essence voué à s’éteindre. Comment ressentir encore du désir pour le vieil homme ou la vieille femme qui partage votre couche alors que vous avez eu le coup de foudre pour le jeune homme ou la jeune fille et dix, vingt ans, voire davantage pour le satisfaire ? 4 siècle avant J.-C., Socrate, dans le banquet de Platon, énonçait déjà cette vérité sur Éros  :

L’amour est désir et le désir est manque. Or un manque satisfait disparaît avec sa satisfaction (…) ; le désir s’abolit dans sa satisfaction. (…) De là la grande souffrance de l’amour, tant que le manque domine. Et la grande tristesse des couples, quand il ne domine plus…

Défilé printemps-été 2020 de Margiela/John Galliano/Leon Dame. Si l'égalité impose de faire porter des robes et des talons aiguilles aux hommes, je suis résolument CONTRE - "Work It" par Marie Davidson remixé par DJ Soulwax

 

Curieusement, la chose n’est jamais dite dans les quelques sujets que j’ai trouvé sur le web sur une présumée « andropause » « tabou » et « invisibilisée ». Je relève qu’ils sont réalisés exclusivement par des journalistes femmes, y compris les deux programmes radio sur France Culture auxquels fait référence l’autrice des deux articles dans le Monde du 21 août (Andropause ton gun", une sombre histoire d'hormones et Andropause : eh bien, bandez maintenant !). Le sujet est-il exclusivement signé par des femmes parce qu’il serait tabou pour leurs confrères journalistes masculins ? Ce choix ne résulte-t-il pas plutôt d’un militantisme néo féministe désormais omniprésent dans les médias de référence visant à pourchasser les "insupportables inégalités » encore subies par le « beau sexe » ? A nous la ménopause, à vous l’andropause ! Égalité, la balle au centre .

Désolé Mesdames ! Chacun sa croix, vous c’est la ménopause. Que vous le vouliez ou non, des hommes pourront toujours se retrouver père, et en quelque sorte grand-père, d’un seule giclette, fût-elle moins spectaculaire que celle de leur jeunesse (N'allez pas croire que... je tiens ça d’une actrice porno qui exigeait de jeunes étalons).

Définitivement, le problème de libido de l’homme vieillissant, a fortiori pour les pédés dont les années comptent triple à l’instar de leurs animaux de compagnie préférés, c’est pour le plus grand nombre d’entre eux le tragique amenuisement de leurs opportunités sexuelles. Il y a bien sûr des exceptions. JF un ami d’Élisabeth, gay septuagénaire, continuerait à avoir une vie sexuelle bien remplie. Les hommes riches et célèbres non plus ne sont que rarement concernés : ils ont le super pouvoir d’attirer des partenaires plus jeunes aussi sûrement que le miel les abeilles.

Pour les autres, par chance, il reste le porno, devenu largement gratuit avec Internet et toute cette autoproduction à but non lucratif.

Parce que je suis contre la consommation pour la consommation, je m’apprête à lire (des deux mains) l’essai « I love Porn » que Didier Lestrade est parvenu à faire publier. Du reste, ça fera un bon sujet de conversation alternatif quand cette dernière tournera en boucle sur le passe sanitaire et le vaccin Covid obligatoires.

 

 

Si comme l’a rapporté Jacques Lacan, pour Diogène le cynique, la solution du problème du désir est à la portée de la main de chacun, continuer à te marrer quand tu vieillis est bien davantage une gageure.

Pas de panique, ça ne date pas d’hier : une étude montre que le rire chute vers l’âge de 23 ans. Il n’en demeure pas moins qu’avec l’âge, les occasions de se gondoler se font plus rares. Or, rien ne m’est plus cher que cette manifestation d’« un état émotionnel le plus souvent un sentiment de gaieté, par un élargissement de l'ouverture de la bouche accompagné d'expirations saccadées plus ou moins bruyantes et un léger plissement des yeux ». En plus, c’est excellent pour la santé physique et mentale, et pour utiliser un mot galvaudé, ça facilite la résilience.

En cas de besoin, faites vous aider ! Pour nous, le dernier OSS 117 de Nicolas Bedos et le 2 heures moins le quart avant J.-C. que nous a offert Elizabeth, ont bien marché.

César et ses attirances envers les h... - extrait 9 "Deux heures moins le quart avant Jésus-Christ"

Voir les commentaires

Rédigé par Thomas Querqy

Publié dans #vivre, #les années, #sex, #andropause, #rire, #porno, #comédie, #ciné-séries

Repost0