Publié le 19 Janvier 2011

sergueymaximishincuba2009-6.jpg

Serguey Maximishin - Cuba 2009

 

 

 

Ce soir là, Gabriel s’était affalé devant la télé, histoire de se vider la tête d’une journée de boulot trop longue. Sur le grand écran plat, ça cause ados homosexuels et «coming out ». Non merci pour moi, j’ai passé l’âge.

Pourtant, Franck, un petit gars trognon qui témoigne avec sa mère, m’a fait m’arrêter momentanément devant le poste, tout comme une nouvelle stupéfiante : D’après les réalisatrices du documentaire diffusé par Envoyé Spécial il y aurait peut-être près de 10 % de jeunes homosexuels.

« Mein Gott ! » Hé les filles, vous ne forceriez pas un peu sur le militantisme ! Selon les derniers chiffres disponibles, s’il y avait en France 2 % d’homosexuels, on serait bien content. Aussi réalisée sur un gros échantillon, plus récemment, une enquête en Grande-Bretagne évoquée dans une brève de Pref Mag, en dénombre 1.5 %.... Oui je sais, sans l’homophobie réflexe, les chiffres seraient probablement meilleurs.

 

Youtube.com/ Adolescents homosexuels : la révélation

NGT/ Vade-mecum pour jeune homo

 

 

 tumblrtapristonbain.jpg

 

Enfin une bonne nouvelle !

 

Parmi une avalanche d’informations déprimantes, enfin une bonne nouvelle !

Juste avant que le dictateur et sa clique ne « dégagent », « l’Arabe » du blog Cestlagene, se paye avec brio la tête de MAM, de Frédéric Mitterrand et de Fadela Amara, de cette manière moqueuse unique qu’ont les auteurs de ce blog de s’adresser aux « grands de ce monde ».

 

En Grande-Bretagne, il n’y aurait pas de lesbiennes...

 

J’aime le temps long des séries, il a vraiment renouvelé la manière de raconter des histoires à l’écran. Pour autant, sauf exception (Six feet under), je cale en général après la 1ère saison.

La saison 3 de la série Skins que Gabriel m’a offerte à Noël, ne fait pas exception, alors qu’on a sauté la saison précédente. Surtout remarquables, deux jeunes acteurs plutôt kioutes.

 

 

jackodonnell.jpg

 

Jack O'Donnell

 

 

luke-pasqualino2.jpg

 

Luke Pasqualino

 

 

Maxime est toujours partant pour la regarder avec nous. « Tous les parents devraient voir ça. », a commenté le neveu malade la nuit précédente de ses excès du week-end « La vraie vie de leurs enfants ! » « Maxime, lui a rétorqué son oncle, sniffer de la coke dans la moindre party, baiser dans l’infirmerie durant les cours ou mettre le feu aux casiers, n’est pas, Dieu merci, la vie de tous les adolescents, et en aucun cas la vie que leur souhaitent leurs parents. »

 

La première fois, il a un peu rouspété qu’on choisisse la version originale sous-titré. « C’est le meilleur moyen de se familiariser à l’anglais et d’améliorer son oreille !».

 

D’ailleurs, c’est ainsi que je me suis aperçu que les jeunes de la série n’étiquetait pas « lesbian » une de leur camarade de classe mais « gay ». En Grande-Bretagne, il n’y aurait alors pas de lesbiennes, juste des gays, filles ou garçons.

 

L’entrée « gay » de Wikipedia, mentionne également son usage par les jeunes à des fins de dénigrement (souvent débarrassé de sa connotation sexuelle).

 

 

Author Unknown, Communal House of the Railway Workers, Nizhny Novgorod. 1929-1935

Автор неизвестен, Дом-коммуна "Дом железнодорожников", Нижний Новгород, 1929-1934 гг.

 

 

 
Voyages en musique

 

La révolution russe, ses avant-gardes artistiques, leur mise au pas par le réalisme socialiste,  Lénine, Staline et la musique. Pour les oreilles comme pour les yeux, tout m’a intéressé dans cette exposition organisée par la Cité de la Musique qui mêlait avec pédagogie Histoire, arts et musique.

En sortant, un ciel d’hiver plombé, « très russe ». Fringale ! Un sandwich Club amélioré et un verre de blanc vite servis au  Café de la musique rendent possible un tour à la librairie Harmonia Mundi.

« Avez-vous Berlin sampler ? » Ai-je demandé au vendeur en caisse. « Un livre sur la musique berlinoise au XXe siècle. » « Désolé, m'a-t-il répondu, on les a tous vendus lors du concert de... Einstürzende Neubauten»

Finalement, chance, sa collègue viendra me trouver dans les bacs à disques avec le dernier exemplaire.

 

 

Instandbesetzer_Berlin_Kreuzberg_1981.jpg

 

Squatteurs - Kreutzberg 1981

 

Grâce à Internet, je mets du son sur les pages de cet excellent « guide musical ». Dans la section 1984-1989, proto techno, il est question d’un groupe DAF dont l’album The Gun est « souvent tenu pour le premier disque house allemand ».

Ce groupe tenait une bonne place dans les quelques compiles que m’enregistrait sur cassettes audio l’ex mari d’une copine d’études. 

Un mec tout de noir vêtu, la peau diaphane et imberbe, plutôt froid. Peut-être était-il timide ? Ou alors était-ce le sang-froid requis par son job de trader dans une banque d’affaires qui ne le quittait jamais, activité déjà extrêmement lucrative qui leur avait permis à tous deux d’acquérir un bel appartement, tandis que nous vivions pour la plupart dans une chambre individuelle sur le campus.

La musique qu’il écoutait lui ressemblait. De la Cold wave désespérée.

C’est par son intermédiaire que je connus Joy Division qu’il portait au pinacle et ce titre de DAF qui me fit prendre pour tendances fascisantes, ce qui n’était que provocation et dérision de la part de deux garçons, qui se revendiquaient «anarchistes, anti-impérialistes, anti-américains, anti-consuméristes, homosexuels, un brin dadaïstes. ».

 

 

 

 

Ce week-end, musique d’aujourd’hui, mais loin, en Afrique, avec de vieux musiciens handicapés par la polio, vivant dans les rues de Kinshasa devenue jungle.

Deux jeunes français faisant un reportage sur les musiques urbaines, ont fini par réussir à leur faire enregistrer un disque qui s'est transformé en passeport pour l'Europe, jusqu’en Norvège.

Un vrai conte de fées qu’ils ont filmé. Benda Bilili et sa rumba kinoise donnent la pêche.

A prescrire au ronchon invétéré.

 

 

Benda-bilili-poster.jpg

 

 
Quel progrès ?

 

26

"Socialisme ou barbarie", disaient les anciens… On devine très bien le dessin de la future barbarie, déjà racontée par les écrivains : le monde survivant sur une montagne de déchets, ou l’espèce disparaissant comme le craignait (souhaitait) Lévi-Strauss. Mais quelle alternative ? Quel progrès, sachant que ce mot est indéfectiblement accolé au socialisme ? La classe moyenne, éduquée, soignée, logée, est un progrès. Comme est un progrès le reflux de l’homophobie, les mariages et l’adoption des enfants par les homosexuels. Comme sera un progrès le respect des animaux, s’il en reste. [...]

 

Dernier chapitre Requiem pour le socialisme dans

 Marx, ô Marx, pourquoi m'as-tu abandonné ? de Bernard Maris

 

Caravaggio_-_I_Musici-copie-1.jpg

 

 Caravaggio - Les musiciens

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Thomas Querqy

Publié dans #musique, #culture gay, #intergénérationnel, #famille, #politique

Repost0