Intimy, un « gel intime » qui monte (ou petite leçon de merchandising)

Publié le 13 Septembre 2006

 
Intimy, un "gel intime" qui monte (ou petite leçon de merchandising)

15/4/3

Pourquoi partir en expédition chez IEM pour acheter du gel lubrifiant, quand le Monoprix du coin vous le propose dans son rayon parapharmacie ? Le produit est au moins d’aussi bonne qualité et le prix accessible pour une consommation modérée. La honte de montrer à la caissière et au client qui est derrière vous que vous avez acheté la boite bleue ? Pour ce qui me concerne, je l’ai surmonté depuis un bout de temps, d’autant que ce qui est inscrit sur le packaging ne fait référence qu’à des problèmes d’insuffisance de lubrification vaginale, au pire je passe pour quelqu’un qui ne la (les) fait pas du tout mouiller ou qui la (les) sodomise…Ou du moins c’est ce que je veux bien croire.

La boite bleue se tenait discrètement sur l’étagère la plus basse. Depuis un certain temps, j’avais remarqué que le nombre de « facings » avait augmenté. Il n’y a pas de mystère, les ventes devaient bien marcher. Tellement bien qu’aujourd’hui j’ai retrouvé Intimy au niveau des yeux, autrement dit au meilleur emplacement.

Les décisionnaires font donc le pari que ce produit a un potentiel de développement de ses ventes inexploité. Pensent-ils au marché local des femmes qui peinent à mouiller ou qui ne refusent pas l’accès anal, ou bien à tous les pédés locaux amateurs d’orgasmes prostatiques ?  Aucune étude marketing ne permettra jamais de le savoir.

 

 

 

 

 

L'ange beur en bas de chez moi

 

L’ange beur est mignon, disons même carrément sexy, avec une attitude de parfait branleur. Je l’ai remarqué, d’abord assez solitaire puis en compagnie de gars plus âgés (non beurs). Que te font-ils ange beur ?

 

Ce soir, tu as sorti d’un superbe cabriolet que tu avais garé en bas de chez nous un téléviseur et un lecteur de DVD ( ?) que tu as tendus à deux femmes d’allure maghrébine ? Ta mère et ta tante ? D’où sors-tu ton argent, ange beur ? Drogue ? Cliché. Michetonnage ? Fantasme.

La grosse peine à porter le téléviseur. Lui proposerais tu de l’aider ? Pas du tout, tu continues à marcher à ses côtés. Tu as été pourri par ta mère, ange beur.

 

 


 

 

Mireille, quand allons nous arrêter de fumer ? 
 

Rosette, la cousine agrégée de lettres de Mireille a un cancer des poumons. En 15 jours, Rosette a pris des allures de Buchenwald. « J’ai joué, j’ai perdu » lui a-t-elle dit. Elle fumait et buvait. Comme nous.

Bien qu’elle soit très entourée, Mireille a trouvé pathétique que cela lui arrive alors qu’elle ne laissera rien derrière elle. Elle voulait dire aucun enfant.

Merci Mireille pour ta délicatesse ! Va, je ne t’en veux point, c’est la mère d’un garçon qui a presque mon âge qui parle !  

Rosette, « l’intellectuel » de la famille est son aînée de 3 ans. Mireille a pris un rendez-vous avec le tabacologue.

Arrivera-t-elle à arrêter la gitane filtre ? Son père en est mort.

Elle vient de me laisser un message sur le répondeur, choquée par la mort brutale d’une collègue de son syndicat qui fumait et buvait sans modération.

 

 

 

Le mariage "moitié de la religion" et une raison de l'envoyer promener

17/4/03

Les sites Internet sur l’Islam se multiplient. Entre autres contenus, le site islamonline.net contient un service matrimonial, le mariage constituant pour un bon fidèle « la moitié de la religion ».

A ma connaissance, cette place centrale du mariage dans la religion est commune à la plupart des religions, notamment celle dans laquelle je suis né : la version catholique du christianisme.

Toute mon enfance, puis mon adolescence, j’ai baigné dans la promesse du bonheur du mariage réussi.

Lorsque Maman m’a cité un article de La Croix selon lequel le christianisme pourrait connaître aujourd’hui non pas un déclin inexorable mais le début d’une expansion historique, j’ai réagi en lui disant que c’était bien possible si on continuait à renoncer à édifier le bonheur sur terre et si les collectivités publiques réduisaient toujours plus les solidarités organisées administrativement. J’ai aussitôt ajouté que j’étais pour ma part définitivement perdu pour la foi chrétienne tellement tous ses dogmes m’apparaissaient depuis longtemps comme un fatras.

Comment une foi chrétienne qui a pu vous enthousiasmer se réduit-elle en peu de temps à un « fatras » ?

Sans doute parce que l’homosexuel ne pouvait pas supporter l’idée d’être, au mieux, un « demi-homme » parmi ces chrétiens pour qui l’union dans le mariage représente la moitié de leur religion.

Pour se libérer de la honte d’être un sous-homme, la communauté des croyants ne m’a offert d’autre échappatoire que celle de l’envoyer promener : il ne peut y avoir de « gay pride » dans une telle cosmogonie.

Rédigé par Thomas Querqy

Publié dans #sex, #Fantasme, #addiction, #Au nom d'Allah

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article