L'obscène du nu masculin

Publié le 12 Octobre 2006

 

"Outdoor sex" ou les aventuriers de l'extase perdue

25-1-5

 

Buttes-Chaumont, au crépuscule, en plein hiver, aux mêmes endroits, souvent dans la pénombre d’un arbre, des hommes âgés attendent. Je les devine sans charme aucun. Malgré les nouvelles technologies qui ont sorti de la rue les prostitués et réduit l’incitation à draguer dans les endroits publics, ils sont là au froid, vulnérables, exposés au risque de subir une agression homophobe de la part de ceux qui les excitent le plus.

Leur libido les attire inexorablement dans ces lieux publics, en plein air, où ils ont connu, jadis, alors qu’ils étaient jeunes, les plus fortes émotions de leur vie.

 

Pourquoi le nu masculin serait-il obscène ? Wolfgang Tillmans

4/2/5

 

La presse regorge d’images de femmes nues, mais elle ose rarement exposer l’intimité masculine. (…) « Le fait est qu’un homme torse nu ne vit pas la même chose qu’une femme torse nu. Pour qu’un homme connaisse la même sensation de nudité et d’engagement qu’une femme montrant ses seins, il doit dévoiler ses parties génitales. (…) Ce n’est pas seulement une inégalité entre hommes et femmes. On continue de considérer qu’il est plus obscènes de montrer à la télévision deux hommes s’embrassant au bord de l’eau que deux hommes qui s’entre-tuent. » Courrier International du 17 au 23/6/4

 

 

 

 

Connivences au comptoir du Floréal

9-2-5

 

 

 

C’est un grand garçon brun à la peau mate, bien habillé. Il m’a demandé ma taille qu’il jugeait grande. En fait, il me gratte d’un centimètre. Il fume de longues Malboros et boit du vin rosé. Il se déclare corse. Son grand frère a été découvert mort, il y a quinze jours, suicidé deux semaines plus tôt. Son grand frère était pour lui un modèle, c’est à cause de lui qu’il a commencé à fumer. Le modèle fumait  4 paquets par jour… Il m’a demandé mon âge… Comme sa mère il souffre d’une maladie génétique… Le serveur un peu fol me pose le plat du jour en nous avouant qu’aujourd’hui il est complètement stone : forcément, il a passé la nuit à « zapper sur 800 chaînes » et à se branler. Ils sont tous deux abonnés à Pink TV. Un peu déçus, ils attendent encore, ils laissent sa chance à la première chaîne TV gay française… Le grand garçon brun trouve bien que l’on puisse parler de sexe. Il ne travaillera pas cette après-midi… J’avais l’air de lui plaire.

 

Oui le plaisir est une pente glissante vers la souffrance

 

 « Quant à ce corps fragile, bien que rien ne puisse s’opérer sans lui, regarde le comme nécessaire mais ne lui accorde pas plus. De lui viennent les faux plaisirs, passagers, suivis de repentirs, et qui si on ne sait les modérer, tournent à la douleur. Oui le plaisir est une pente glissante vers la souffrance, s’il n’y prend pas garde et ne se contient dans une limite. »

 

Citation de Sénèque (Lettres à Lucilius - 1000 et une nuits)

 

Vu au Brady "Je t'aime toi", 1er film russe gay

12-3-5

 

Dialogue à la caisse :

 

-         une place SVP.

-         Pour quel film ?

-         « Je t’aime toi »… ça vous fait quoi qu’on vous dise ça à longueur de journée, vous gardez la tête froide ?

-         ça va. Il n’y a pas si longtemps, c’était « baise moi ».

 

 

 

 
Le garçon qui avait du mal à communiquer et qui cherchait la solution dans les livres

 

Un garçon a priori bien sous tous rapports vient s’asseoir sur le strapontin à côté de moi. Il se plonge aussitôt dans le livre qu’il avait à la main lorsqu’il est entré dans la rame. Il pique ma curiosité et je lis par-dessus son épaule : « comment parler aux martiens ? ».

 

 

Rédigé par Thomas Querqy

Publié dans #Paris, #culture gay, #mâlitude,, #Fantasme, #mens sana in corpore sano, #ciné-séries

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
<br /> Merci pour ces "notes" - j'adore le genre, et particulièrement celles-ci, qui me touchent évidemment. Quant à ton avis sur la drague en plein air... Mouais. Entre les débiles de la drague sur le<br /> Net (dont je suis : incapable absolument à part pour "clavarder"), les éloignés ou les allergiques ou les exclus des bars gays, il y a encore du monde (et je crois que c'est heureux) à aimer<br /> l'exercice démocratique (du moins, j'aime à le croire) de la drague en plein air...<br />
Répondre
T
<br /> <br /> "Il fait si chaud qu'il nous pousse des envies", les gars sont beaux et les dieux sont ravis. Enfin l'été !<br /> <br /> <br /> Carpe diem dans tes nouveaux quartiers, la nature doit y être belle.<br /> <br /> <br /> Et bien sûr merci pour cette prise de position, disons politique.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br />