Au risque de se répéter...

Publié le 27 Juin 2008


 


L’écrivain Mohamed Kacimi raconte dans Libération du 22 juin qu’à l’occasion de sa dernière journée de travail avec des élèves de seconde et première dans « une de ces enclaves du tiers si ce n’est du quart-monde qui poussent en France », il leur a demandé d’écrire « quelle loi ils feraient adopter en premier pour sauver la France » s’ils étaient élus président de la république.


Au dépouillement de leur réponse anonyme dans un bulletin secret, « 80 % des élèves proposent le rétablissement de la peine de mort. Le reste demande l’incarcération des pédés.  Je m’emporte, écrit l’écrivain : Non, vous ne pouvez pas vous plaindre du Front National et tenir ce genre de propos. C’est raciste. » A l’unanimité, ils me répondent : « Non, Monsieur, c’est pas la même chose, un noir n’a pas choisi d’être noir, mais un pédé, si... »

 

Mon abattement fit place à la colère lorsque Alain Piriou, porte-parole de l’Inter-LGTB, alors qu’il justifiait que les organisateurs de la Gay Pride aient choisi cette année comme slogan : «Pour une école sans aucune discrimination», rappela que la secrétaire d’Etat à la famille[1]  parlait récemment de l’homosexualité comme d’«un choix de vie» (Libération du 23 juin 2008).

 

Zanele Muholi
 


Au-delà de la bêtise et de la haine ordinaire, je ne peux m’empêcher de voir dans ce genre de contre-vérité si répandue, la pesanteur de l’idéologie néo libérale qui considère de façon abstraite que chaque individu est libre d’être ou de devenir ce qu’il désire, ou autre manière de le dire, que chacun est et possède ce qu’il mérite.
Cette idéologie semble ne tolérer qu’une seule exception à cette croyance : le déterminisme génétique, lequel vient conforter l’idée selon laquelle les démocraties doivent s’abstenir d’intervenir dans la sphère économique et sociale, en particulier en ce qui concerne les inégalités, puisqu’elles sont le résultat de la liberté de chacun, ou inévitables car inscrites dans vos gênes.
[2]

 

Une fois n’est pas coutume, j’appelle donc à la rescousse le représentant d’une « autorité religieuse ». Dans un entretien accordé à la BBC, l'archevêque anglican sud africain Desmond Tutu a parlé de ces religieux conservateurs qui croient que l'homosexualité est un choix : « C'est une perversion si vous me dites que quelqu'un choisit d'être homosexuel... Il faut être fou pour choisir un mode de vie qui vous expose à tant de haine. C'est comme dire que vous choisissez d'être noir dans une société infectée par le racisme. »
Inattendu, n’est-ce pas ? Respect pour ce prix Nobel de la Paix mérité (Source :
Gayclic.com 19/11/7).

 

  

[1] Quelle est donc l’utilité de ce sous ministère qui fleure bon la France pétainiste et le Vatican, à part fournir sur fonds publics un bon job aux copains ?

Gens de la Caraïbe.org / Louis-Georges Tin, noir, homosexuel, et... féministe


Notesgaydethomas.over-blog.com/ Cité pas gay

Notesgaydethomas.over-blog.com/ Des profs au front de la lutte contre l'homophobie

Notesgaydethomas.over-blog.com/ 3e enquête sur la sexualité des français

Notesgaydethomas.over-blog.com/ L'homme sans volonté

 

 


 

 

Diogène par Lovis Corinth (larron crucifié sur la précédente)


Vérités scientifiques

 

Pour vivre vieux et en meilleure santé que vos homologues, fréquentez des jeunes ! C’est du moins la conclusion de l'étude d'un biologiste. Pour une fois que la recherche en ce domaine n’aboutissait pas à un nième interdit, je m’enthousiasmai.

Pour peu de temps. Une autre étude, elle aussi réalisée sur des mouches, conclut elle que plus on est con, plus on vit longtemps.

 

 

Rai de soleil sur

Libé, café brioché,

Samedi chéri

(Haïku du samedi matin)

 

 

 

 

http://www.markusbollingmo.com/

 

 


Ken Park Larry Clark

Rédigé par Thomas Querqy

Publié dans #homophobie, #intergénérationnel

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article